Travail du sol

  Image Image Image Image Image  

Nous travaillons avec le souci permanent de préserver nos vignes, nos sols, notre santé et celle de nos clients et bien sûr l’environnement.

Le métier de vigneron s’exerce sur le long terme. Dès la plantation, nos vignes sont binées régulièrement afin d’obliger les racines à plonger dans le sol, ce qui – lors des étés très chauds comme 2003 par exemple – permet à la plante de ne souffrir que de la chaleur et non d’un manque d’eau.

Nous avons bannis les engrais chimiques depuis les années 1980. Seuls des amendements organiques agréés pour l’Agriculture Biologique sont apportés en fin d’automne.

Nous n’employons pas de désherbant depuis 2002 et les traitements sont réduits à leur strict minimum afin de protéger les sols et la faune, qui reste un précieux auxiliaire du développement harmonieux de la végétation.

Nous avons abandonnés les insecticides en 2002 au profit du procédé de confusion sexuelle, à chaque fois que la mise en place collective est possible. Il est dommage que nous ne puissions pas utiliser ce système dans les secteurs où nos voisins de vignes ne partagent pas cette philosophie, (qui est certes plus coûteuse notamment en main d’œuvre !).

Pourtant, nous ne souhaitons pas adhérer à un label biologique car nous considérons que l’accumulation de cuivre dans nos sols serait très néfaste à long terme, nous employons donc le strict minimum de fongicides en les complétant de stimulateurs naturels.

Le travail de nos sols est déterminant puisqu’ainsi, nous favorisons depuis plus de 30 ans l’expression de chacun nos 3 terroirs : calcaires durs et marnes Kimméridgennes. De ces deux sols différents, nous récoltons chaque année deux cuvées : Pouilly-Fumé ‘Les Angelots’ issu de nos calcaires durs de Villiers et Pouilly-Fumé ‘Villa Paulus’ issu de nos marnes Kimméridgennes.

Dans le cadre d’une rétrocession au profit de jeunes vignerons, Pierre-François MASSON a eu l’opportunité d’acquérir de vieilles vignes de Pouilly-Fumé sur un sol d’argiles à silex de la butte de Saint-Andelain. Toujours en quête de l’expression du Terroir, nous avons vinifié cette cuvée à part. C’est une nouvelle cuvée, Pouilly-Fumé ‘Les Pierres de Pierre’, qui voit le jour en 2004 au Domaine MASSON-BLONDELET.

Ces trois cuvées vinifiées séparément, mais selon la même méthode : intégralement en « culture propre », laissent ainsi s’exprimer différemment le goût de ‘pierre à fusil’ propre au Terroir de Pouilly Fumé.

Image Image Image

Pour en savoir plus, vous pouvez lire également : Agriculture biologique, viticulture propre, quels sont nos choix ?